Valve assigné en justice par l'UFC-Que Choisir

L'hégémonie de Steam dans le domaine de la vente de jeux-vidéo dématérialisés n'est pas sans préoccuper et les autorités ont tendance à suivre de près les évolutions de la plateforme. En juillet 2012, la Cour de Justice européenne tranchait et confirmait la légalité de la revente de licences logicielles. Durant quelques jours, les joueurs ont espérer des évolutions du côté de Steam avant que Valve ne douche les attentes. Dès 2013, la Fédération allemande d'associations de consommateurs VZBV portait plainte contre l'entreprise de Bellevue pour non-respect de la législation européenne qui autorisait déjà la revente de jeux dématérialisés. L'affaire n'avait pas abouti. En août 2014, ce fut au tour de l'Australian Competition and Consumer Commission de poursuivre Valve : l'ACCC reprochait à la firme de Gabe Newell de ne proposer des remboursements pour les jeux Steam que dans des conditions très spécifiques. Depuis, Steam refunds a fait son apparition. En cette fin 2015, c'est au tour de l'UFC-Que Choisir de passer à l'attaque.

L'association française de défense des consommateurs a épluché les conditions générales des plateformes de jeux en ligne. Cinq éditeur ont été mis en demeure de modifier certaines clauses jugées « préjudiciables aux intérêts des consommateurs ». Une plateforme a toutefois fait de la résistance : Steam. Après avoir formulé plusieurs critiques et alertes dans le passé, l'association souhaite donc cette fois régler l'affaire au Tribunal de Grande Instance de Paris.

Concrètement, l'UFC-Que Choisir exige la suppression de douze clauses, dont une partie a été détaillée dans le communiqué. Parmi les points d'achoppement, la question de la revente des jeux resurgit bien évidemment.

Autre critique, le fait que Valve n'assume aucune responabilité concernant la sécurité des données personnelles des utilisateurs. L'UFC-Que Choisir rappelle d'ailleurs que, chaque mois, 77 000 comptes seraient piratés.

Les griefs ne s'arrêtent pas là : l'association remet également en cause la position de Valve vis-à-vis des droits de propriété intellectuelle puisque l'entreprise s'arroge la possibilité de réutiliser, à sa guise, tous les contenus que la communauté a pu élaborer.

Le porte-monnaie virtuel est également dans le viseur : l'UFC-Que Choisir dénonce l'impossibilité de récupérer l'argent qui y a été déposé si le compte est un jour clôturé.

Dernier point, l'association critique le fait que Valve, implanté au Luxembourg, « impose l'application du droit luxembourgeois » aux consommateurs.

Les reproches sont multiples et l'affaire ne fait donc que commencer. Comme dirait l'autre « wait and see ».

12 commentaires

Créer un compte ou se connecter pour commenter
Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

C'est facile, gratuit et si vous le souhaitez c'est possible via votre compte Steam, Facebook ou Twitter. Créer un nouveau compte

Se connecter

Si vous avez un compte, utilisez vos informations Vossey.com ou si vous avez déjà enregistré votre compte Steam, Facebook ou Twitter. Se connecter avec votre compte ou via Steam / Facebook / Twitter
Avatar
Guest Guest

Ceci est normale qui ne sont pas responsable des donnée personnelle car 90% des joueur piraté clic sur les lien bizzare. donc ceci est de leur faute

Avatar
Guest Guest

Intéressant tout ça, affaire à suivre.

Merci de pour cet article matinale :)

Avatar
fred0ne31

Intéressant tout ça, affaire à suivre.

Merci de pour cet article matinale :)

Décidément moi qui pensé être connecté c'est loupé ^^

Avatar
Azael

Rien d'étonnant de la part de Valve qui se fiche royalement de ses utilisateurs.

L'accord de souscription n'est pas respecté, aussi bien par les joueurs que par Valve.

​ Si vous apportez la preuve ( image son ou vidéo ) de quelqu'un qui vous harcèle, vous insulte, vou menacant de mort ou essayant de vous pisher, R.I.E.N ne sera fait à l'encontre de ses joueurs.

​J'ai ouvert un post pour en discuter avec le support, ils ne me répondent même plus. Je l'ai ouvert le 25 septembre la dernière réponse apportée par eux date du 8 octobre. J'ai posté depuis 19 messages, sans retour, j'ai écris à Valve sans retour, j'ai ajouté un admin de communauté pour essayé d'en toucher un mot, invitation refusée.

​Mais quand régulièrement en jouant vous tombez sur des rageux des gamins sans limites: :http://images.akamai.steamusercontent.com/ugc/398927692088529012/687F7DDD622C5AEF3137A0E41525EE5B2865A04B/?interpolation=lanczos-none&output-format=jpeg&output-quality=95&fit=inside|2048:864&composite-to=*,*|2048:864&background-color=black

​C'est vraiment fatiguant.

​Innaceptable de la part d'une société de la sorte.

​J'ai presque envie d'en faire autant, mais une plainte seule est d'office inefficace.

Avatar
Azael

En faite je viens de m'apercevoir qu'ils m'ont "Blacklisté" je ne recois même plus les mails de confirmation ..

Avatar
Guest Guest

C'est dans ces moments la que je me dis que Microsoft avait trouvé un début de solutions.

La xbox one devait permettre : la mobilité (jouer aux jeux sans avoir la galette avec soit), le partage (et pas comme sur steam on pouvait continuer à jouer à d'autres jeux pendant qu'un de nos jeux était "prêter" à un amis), et la revente (ou l'editeur aurait eu le droit de toucher un pourcentage, mais pas microsoft, ce qui est pour moi la solutions la plus intéressantes).

Mais comme il fallait rester connnecté (ben oui sinon c'est comme sur steam, tu te connecte sur le PC d'un pote, tu installe le jeu puis tu passe en hors ligne et il peut y jouer, même pour les jeux en lignes si le dit jeu n'utilise pas steamworks pour le multi).

Enfin bref, d'un coté on a les plateformes qui en ont rien à foutre et de l'autre on a celle qui aurait pu être bien si les utilisateurs n'avaient pas si peur du changement...

Avatar
Guest Guest

J'adore steam, j'adore valve, css, csgo, tf2. Mais j'ai toujours su que c'était des voleurs sans pitié a se confondre avec des traders et banquier!!! Mais on peut apprécier leurs jeux et c'est ce que je fais même si je joue a des jeux de gros fils .... !

Avatar
Jejeleponey

Je me disais justement hier que c'était con que steam ne permette pas la revente de jeux "d'occasion", on pourrait y trouver son compte. D'un autre coté je me suis dit que les developpeurs/éditeurs seraient perdant et qu'on a quand même la chance d'avoir les périodes de soldes avec souvent des -75% voir plus...

Avatar
FrenchKat

Rien d'étonnant de la part de Valve qui se fiche royalement de ses utilisateurs.

L'accord de souscription n'est pas respecté, aussi bien par les joueurs que par Valve.

​ Si vous apportez la preuve ( image son ou vidéo ) de quelqu'un qui vous harcèle, vous insulte, vou menacant de mort ou essayant de vous pisher, R.I.E.N ne sera fait à l'encontre de ses joueurs.

​J'ai ouvert un post pour en discuter avec le support, ils ne me répondent même plus. Je l'ai ouvert le 25 septembre la dernière réponse apportée par eux date du 8 octobre. J'ai posté depuis 19 messages, sans retour, j'ai écris à Valve sans retour, j'ai ajouté un admin de communauté pour essayé d'en toucher un mot, invitation refusée.

​Mais quand régulièrement en jouant vous tombez sur des rageux des gamins sans limites: :http://images.akamai.steamusercontent.com/ugc/398927692088529012/687F7DDD622C5AEF3137A0E41525EE5B2865A04B/?interpolation=lanczos-none&output-format=jpeg&output-quality=95&fit=inside|2048:864&composite-to=*,*|2048:864&background-color=black

​C'est vraiment fatiguant.

​Innaceptable de la part d'une société de la sorte.

​J'ai presque envie d'en faire autant, mais une plainte seule est d'office inefficace.

 

C'est triste de devoir passer outre toutes ces insultes... Ils disaient bosser sur un système qui pénaliserait les joueurs nocifs, mais il n'est appliqué que sur DotA 2 et les sanctions sont "sympa".

Avatar
DrDoc

C'est dans ces moments la que je me dis que Microsoft avait trouvé un début de solutions.

La xbox one devait permettre : la mobilité (jouer aux jeux sans avoir la galette avec soit), le partage (et pas comme sur steam on pouvait continuer à jouer à d'autres jeux pendant qu'un de nos jeux était "prêter" à un amis), et la revente (ou l'editeur aurait eu le droit de toucher un pourcentage, mais pas microsoft, ce qui est pour moi la solutions la plus intéressantes).

Mais comme il fallait rester connnecté (ben oui sinon c'est comme sur steam, tu te connecte sur le PC d'un pote, tu installe le jeu puis tu passe en hors ligne et il peut y jouer, même pour les jeux en lignes si le dit jeu n'utilise pas steamworks pour le multi).

Enfin bref, d'un coté on a les plateformes qui en ont rien à foutre et de l'autre on a celle qui aurait pu être bien si les utilisateurs n'avaient pas si peur du changement...

 

Ah ! Très bon petit post qu'on a là. Bon garçon. Effectivement, avec du recul, le système originel de la xbox one était assez intéressant.