Présentation

Les Stroggs sont les « grands méchants » de la série Quake. En outre, ils sont apparus lors du second opus, littéralement différent de son aîné. Le joueur découvre réellement ce que sont les Stroggs au travers du 4ème opus, bien plus explicite à leur sujet que le fut le second.Ainsi durant ces 2 épisodes, le joueur découvre des Stroggs sanguinaires, bestiaux et sans pitié, dénués d'humanité... Le joueur n'a aucun remords à les abattre par centaines...

Enemy Territory : Quake Wars apporte un nouveau regard sur les Stroggs. Cependant le jeu est très avare de commentaires sur ces envahisseurs, comparé à ses aînés.Cette partie du dossier présente donc les Stroggs, dans leur contexte, mais aussi dans les principaux détails de ces créatures.

Origines

La principale hypothèse de la création des Stroggs est celle d'une race humaine, parente aux Terriens, survivante d'une guerre contre un ennemi inconnu. Ces humains sont devenus Stroggs lorsque, considéré comme l'évolution logique de l'être humain (philosophie calquée sur les fameux « Borgs » de Star Trek), créent une symbiose avec la machine. Le résultat, que nous connaissons aujourd'hui, est une race « dégénérée », plus machine qu'humaine, très gourmande en ressources organiques et minérales. Cette fusion, d'apparence repoussante est en fait, techniquement parlant, très fine : le corps ne fait qu'un avec sa partie mécanique au moyen de procédés barbares mais extrêmement précis (Quake 4 en montre, de manière assez irréaliste et spectaculaire, le processus).

Il est à noter que les Stroggs ne peuvent être de conception entièrement mécanique et sont donc dépendants de leur nature « humaine » refoulée (ils ne sont donc pas que de simples cyborgs). La notion est telle que Quake 3 définit cette symbiose comme une forme d'« humain cybronique » (humains ayant reçu divers implants cybernétiques, afin d'améliorer leurs capacités physiques, intellectuelles ou cérébrales), sans la connotation péjorative.La possession la plus connue des Stroggs, est présumée comme étant leur monde d'origine, se nomme Stroggos : une planète désertique au sol ocre orangé à forte tendance rocailleuse, munie d'une chaleur étouffante et d'une très faible hydrométrie entourée d'immenses chaînes d'astéroïdes.

Technologie

Les Stroggs sont, par définition, une race bien plus avancée que l'Humanité. Ils maîtrisent en outre les sauts hyper-spatiaux en exploitant des trous noirs artificiels, les technologies de rayonnement laser et plasma, les fusils magnétiques, ainsi que de métaux et alliages inconnus extrêmement résistants et relativement légers. Toutes ces technologies leur ont été permises par leur absence d'éthique envers toutes recherches et donc d'adonner leur efforts sans limites à leurs expériences.

Cette avance technologique leur donne un avantage certains sur les Terriens. Même le plus basique des soldats Strogg résistera à des blessures pouvant terrasser un humain résistant, ainsi qu'une endurance et une force considérable mais surtout un sadisme sans limite. La plupart des soldats Stroggs reçoivent des éléments de blindage particulièrement résistants et remplaçables, comme sur un véhicule.

Nexus

Afin d'assurer une ligne de commandement, chaque hôte reçoit, pendant le processus dit de « Stroggification », une puce cérébrale servant de point-d'accès au réseau Strogg : le Nexus. Ce Nexus agit comme un réseau informatique, distribuant données, ordres et réponses aux divers intervenants et inhibant les restants de personnalité de l'hôte (il est estimé que l'hôte survit quelque heures après Stroggification avant de succomber de mort cérébrale...).

Ce réseau est relayé au moyen de « hubs », chacun étant assigné à une zone. Démunis de « hub », une zone entière est dépourvue de commandement, et les Stroggs sont alors désorganisés. Il est même mis en doute la présence d'une conscience de soi-même dans chaque Strogg et s'ils seraient capables de penser par eux-mêmes. Cependant il est clair que les Stroggs peuvent connaître une certaine émotion comme le prouvent leur faciès déformé par la colère ou les sourires sadiques qu'ils affichent au combat.

Les humains ont tout d'abord soupçonnés le Makron d'être la « tête pensante » du Nexus, mais ils découvriront qu'un super-ordinateur organique, caché sur Stroggos, en est le centre réel. Cependant personne ne peut dire par quel moyen les ordres sont transmis d'un « hub » aux Stroggs.

Stroyen

Pour permettre à la base organique de survivre à cette fusion, de très grande quantité de stéroïdes sont administrés au sujet, et un système d'auto-suffisance complexe est ajouté à chaque Strogg. Ce système, quasi semblable à un tube digestif humain. Les seules différences étant, tout d'abord, qu'il est totalement synthétique mais aussi qu'il assimile une enzyme prédigérée.

Cette enzyme, connue sous le nom de Stroyen, est obtenue par une puissante digestion de matières organiques, principalement des corps humains (ce qui explique l'importance de la Terre à leur yeux), qui aboutie à un liquide orange-jaunâtre limpide que les Stroggs consomment.

Le processus de fabrication est en outre assez barbare et choquant : il emploie de grands nombres de corps-esclaves d'humains récupérés et encastrés à des blocs de digestion, qui ne serviront qu'à ingurgiter des matières organiques réduites en charpie, à la digérer grâce à de puissants processus jusqu'à réduire les matières à l'état moléculaire et enfin à la desservir au moyens de canalisations sortant directement de l'abdomen des malheureux hôtes. Des organes géants sont aussi employés dans le processus, créés à partir d'organes récupérés et manipulés au point de devenir aussi grand que de grandes pièces d'un bâtiment...

Cette précieuse enzyme sert alors à nourrir la partie organique du Strogg, mais aussi à fournir l'énergie nécessaire au fonctionnement des armements du Strogg et enfin à la régénération des tissus endommagés. Sans cette enzyme, les Stroggs ne peuvent survivre, mourant littéralement de faim. Des distributeurs à Stroyent sont ainsi disposés dans tous les complexes Stroggs et certaines créatures ont même été aperçues à dispenser des doses de Stroyent à leur « camarades ».

Les matières organiques récupérées par les Stroggs peuvent aussi servir à l'expérimentation et à l'étude, afin de créer de nouveaux Stroggs plus puissants, à la Stroggification pure et dure, au recyclage en enzyme (expliqué ci-dessus) et enfin aux Torses de Stockages de Données (TSD : torso storage device) qui gèrent l'approvisionnement électrique et le fonctionnement des complexes Stroggs. Même les dépouilles de Stroggs vaincus sont récupérées et recyclées ou remises en état.

Culture

Dans le système Strogg, chaque Strogg est dévoué à un rôle allant du simple mécanicien inoffensif, planant telle une fourmi ouvrière vers sa tâche, jusqu'au super soldat d'assaut lourdement blindé et armé, en passant par des unités légères aéroportées ou d'énormes chasseurs autonomes. Les points communs seront des organes mutilés accolés à une technologie de pointe, le tout mêlé dans un amas de sang coagulé et surmonté d'un crâne sujet à une chirurgie grossière et le visage tendu sur le crâne. La plupart des bâtiments Stroggs sont même auto-administrés, le plus souvent par des TSDs.

Cet aspect est aussi reflété dans la culture Strogg : leur architecture brutale et industrielle est présente dans tous les bâtiments, reflétant leur nature pratique et productive à tout prix, où la technologie la plus fine côtoiera la machinerie la plus barbare. Les murs sont parfois recouverts de sang séché et les bâtiments eux mêmes présentent des traces d'attaques de rouilles. Seuls les systèmes Nexus et le palais du Makron sont d'une propreté étonnante.

Le seul point commun à chaque bâtiment étant un certain nationalisme des Stroggs : chaque bâtiment est largement emprunt de bannières ou de drapeaux Stroggs (un éclair ou un crâne entourés d'ailes) et sous entend même l'existence d'une culture Strogg (bien que soupçonnée comme inexistante à l'heure actuelle). Cette culture se révèle parfois très poussée, comme le prouve l'architecture complexe et stylisée du palais du Makron.

Le langage Strogg est un amas complexe de bruits repoussants et de cris rauques, incompréhensible à l'oreille humaine non-initiée. Il est ainsi évident que les Stroggs transmettent des ordres, à la manière des humains, par voie vocale. Les Stroggs possèdent aussi une écriture. Etonnament, cette écriture est plus ou moins facilement lisible par les joueurs, tandis que les co-équipiers virtuels la décrive comme illisible... (Il s'agit le plus souvent d'anglais basique). C'est l'un des rares points douteux qu'ont laissé transparaître les créateurs de la série.

Leur fin

Les Stroggs, lors de leur assaut sur Terre, sont largement donnés gagnants. Cependant la ténacité sous-estimée des humains, ainsi que leur inventivité, suffiront à repousser les Stroggs de Terre, au prix de lourdes pertes humaines et matérielle (la quasi totalité de la Terre est rasée) ainsi que d'exploits inimaginables (tels ceux accomplis par la « Rhino Squad » à Dallas...). On présume même que cette guerre aura durée plusieurs décennies.

Finalement les Stroggs seront acculés sur Stroggos et seront contre attaqués lors d'un coûteux et long assaut de la part des humains, mais ceci est une autre histoire...

Source

Pour les intéressés anglophones, l'incontournable article du Wikipedia sur le sujet. C'est en outre ma principale source et il propose une documentation inégalée sur le sujet.

Commentairesles messages de la communauté

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laissez un commentairedonnez vous aussi votre avis

Connectez vous pour pouvoir donner vos avis : identification ou inscription